cocoon-users-fr mailing list archives

Site index · List index
Message view « Date » · « Thread »
Top « Date » · « Thread »
From Frédéric Glorieux <frederic.glori...@ajlsm.com>
Subject Re: GPL vs ASL (était Re: [ANNONCE] Myotis 0.80)
Date Mon, 04 Apr 2005 07:51:41 GMT

Merci beaucoup Sylvain pour cette réponse. J'étais déjà d'accord avec 
les 4 lignes, je me permettrais juste quelques remarques, qui pondèrent 
mais je ne crois pas contredisent le propos.

>> Frédéric Glorieux wrote:

>>> ??? je ne comprends pas bien ce point. Et quand le client demande du 
>>> GPL ?

> Dans le cas des librairies ou infrastructures destinées à la 
> construction de quelque chose de plus grand (Cocoon ou... SDX), les 
> contraintes de la GPL interdisent carrément toute utilisation dans un 
> cadre commercial, puisque ce qu'on construit au dessus devient forcément 
> un travail dérivé, devant donc être redistribué.

Parmi les développeurs de SDX, je voulais ajouter des précisions. Je ne 
suis pas autorisé à m'exprimer au nom de la communauté, je n'ai que 
quelques opinions qui n'engagent que leur auteur.

Le choix de licence a été fait par le commanditaire public. Je n'ai pas 
d'opinion à avoir là-desssus, mais je suppose qu'il y a eut à l'époque 
(2000-2001, notez le tout de même) des discussions qui ne sont pas 
indemmes de politique.

C'est une décision difficile pour une administration d'investir de 
l'argent, en sachant que cela peut directement servir au profit des 
entreprises. Je constate et doit me rendre à l'opinion de Sylvain sur 
l'efficacité du modèle économique de Cocoon. Je ne pense pas que la 
licence explique tout. Il y a aussi la beauté de l'idée, une communauté 
directement internationale, l'adossement à des gros derrière Apache... 
Peut on imaginer l'état français, ou l'Europe, membre d'Apache ?

S'il on considère l'effort juridique fait dernièrement 
<http://www.cecill.info/index.fr.html>, il y a déjà tout simplement un 
problème, licence GPL comme Apache n'ont pas de sens en droit français 
(théoriquement, c'est de même pour la plupart des pays d'Europe 
continentale, même si la jurisprudence commence à régler des cas, avant 
la loi). Autrement dit, GPL ou Apache, légalement, ne protègent rien 
devant un tribunal français.

Imaginons, une société française pourrait reprendre tout le code de 
MySQL, le modifier et en faire son produit. MySQL.com ne peut pas 
l'attaquer en France (sauf nouvelle jurisprudence à l'occasion), mais 
MySQL.fr n'a pas intérêt à chercher à vendre aux Etats-Unis. C'est 
commercialement et technologiquement idiot, mais cela relativise un peu 
les débats sur les licences.

A mon sens, le problème essentiel, c'est de réussir son coup. Dans un 
marché, on sait qu'il y a facilement 9 fausses bonnes idées sur 10 qui 
consomment des jours et des jours de dev, qui vivotent ou s'oublient. 
C'est vrai pour le commercial, comme pour le libre.

En théorie, que Cocoon soit GPL ne serait pas vraiment bloquant. Combien 
de sociétés modifient réellement le code ? Ou serait le problème de 
devoir exposer un générateur ou une action sur un entrepôt quelconque 
pour être en conformité avec la lettre de la GPL (même si ce n'est pas 
vraiment l'esprit) ? En tous cas pour SDX, la licence n'a gêné personne, 
public comme privé (d'autant plus que comme dit plus haut, cela n'a pas 
de valeur jurique en France).

Cette remarque ne vient pas contredire les faits décrits pas Sylvain, 
mais relativise. <http://www.orbeon.com/> sort un comparable à Cocoon en 
LGPL (notez bien le "L", c'est un cas qui n'est pas envisagé par 
Sylvain, une licence beaucoup plus permissive que la GPL). Pensez vous 
que cela suffise à créer une grande communauté de développeurs autour ? 
Même si tout le code était dans le domaine public (encore plus permissif 
qu'Apache), est-ce que cela changerait les rapports de force, les masses 
en présence ? Je ne pense pas qu'une société s'engage dans une 
technologie au seul regard de la license, elle calcule aussi les 
compétences en présence, la pérennité des apprentissages nécessaires 
pour se mettre à une nouvelle, et puis tout bêtement, si c'est bon et 
que cela marche bien.

[...]

> Et c'est ainsi que la très grande majorité des contributeurs aux 
> logiciels avec des licences type Apache sont des personnes qui 
> contribuent sur leur temps salarié, même s'ils sont aussi des passionnés 
> et donc en font en plus sur leur temps perso. Apache est donc pour ces 
> entreprises une sorte de département R&D partagé, chacun construisant sa 
> valeur ajoutée spécifique au dessus de la souche commune.

Apache n'est probablement pas la seule licence qui permet ce modèle 
économique, mais oui, produire sous licence "libre" assouplit certaines 
difficultés de la propriété intellectuelle en entreprise. Ne parlons pas 
des majors (genre Microsoft), mais pour la taille habituelle de ce qui 
se trouve en France, il y a des cas difficiles à trancher.

Un programmeur génial pose un concept formidable qui potentiellement 
permet à sa société de faire une fortune. Selon le droit français, sa 
société possède son code (droit commercial), mais pas ses textes (droits 
d'auteurs). Autrement dit, le programmeur pourrait plaider que par son 
salaire son employeur a acheté les jars, les sources, mais que s'il veut 
  les commentaires, il faut lui donner une part du gateau.

Lorsque l'on considère l'engagement personnel que représente la sortie 
d'une bonne idée (le loisir des passionnés), on n'imagine facilement la 
frilosité des salariés qui travaillent sous licence commerciale, quand 
leur nuits ne se transforment pas en revenus. Je n'ai pas d'informations 
statistiques sur le sujet, mais je constate autour de moi que le "libre" 
peut parfois libérer les talents. Par contre, j'imagine mal que ce 
modèle puisse être la norme des sociétés informatiques. Les écoles ne 
forment pas que des passionnés, et en 40 ans de carrière, cela doit être 
des cas bien particuliers pour lesquels la passion ne s'épuise jamais.



> Au final, donc, un client qui finance le développement d'un logiciel 
> opensource sous licence ASL sera gagnant parce que l'écosystème qui se 
> constituera autour de la souche qu'il aura financée vivra bien au-delà 
> de ce qu'il aura dépensé initialement, sans qu'il ait besoin de 
> réinjecter continuellement des fonds pour des évolutions.
> 
> C'est le discours que je fais très régulièrement, et il passe très bien. 
> J'espère que certains "clients" sont sur cette liste et l'entendront :-)

Je partage cet objectif, mais je crois que ce serait trop facile de 
réduire cela à une question de license. Oui, nous souhaitons une spirale 
vertueuse où l'intérêt particulier se conjugue avec l'intérêt général, 
où les salariés soient heureux de travailler dans leurs boîtes et 
contribuent avec passion aux projets, où les patrons dégagent des 
excédents suffisants pour continuer à avoir des projets intéressants et 
permettre la R&D, où les administrations considèrent leurs 
investissements informatiques avec la même intention stratégique que 
lorsque l'on trace une autoroute, où dans toute formation informatique 
la contribution à un projet libre soit obligatoire...

Plus raisonnablement, souhaitons déjà que cette liste soude et peut-être 
aide à grossir la communauté francophones de Cocoon. Je regrette 
personnellement qu'il n'y ait pas plus de contribution universitaires à 
Cocoon. Les sociétés ont la force de l'efficacité, mais parfois, on 
aurait besoin d'investissements plus désintéressés, qui n'aient pas la 
pression de la rentabilité.


-- 
Frédéric Glorieux ("AJLSM", <http://ajlsm.com>)



---------------------------------------------------------------------
Liste francophone Apache Cocoon -- http://cocoon.apache.org/fr/
Pour vous desinscrire : mailto:users-fr-unsubscribe@cocoon.apache.org
Autres commandes : mailto:users-fr-help@cocoon.apache.org


Mime
View raw message